La Lumière sans l'Ombre?

Publié le par syb

Depuis quelques années maintenant, je m'intéresse à l'ésotérisme. Au cours de ma quête de la Vérité et de mon envie d'aller vers le Tout, j'ai pu ressentir l'appel de la Lumière. Venir à elle a été pour moi une évidence, une logique du coeur couronnant ma façon de voir la vie et de me représenter mon rôle dans la Matière. Une fois qu'on a pu rencontrer la Lumière, cet Amour sans limites qui nous submerge, nous enveloppe et transcende, on ne peut qu'avoir envie de la répandre, de rendre le monde plus beau, plus juste et surtout plus aimant. On a aussi envie d'avoir confiance, confiance en ce que la vie peut nous réserver et la foi que tout ira pour le mieux.

 

Au début, j'étais d'ailleurs un peu fluffy, travaillant à être tout le temps dans le déni de ma part d'Ombre, que ce soit ma volonté, mes peurs ou ma rage. Mes expériences énergétiques et psychologiques avec l'Ombre ont été rebutantes, effrayantes aussi. J'avais envie de me voiler la face et de refuser cette rage qui me caractérise depuis toute petite. Avec le temps, j'ai appris que réagir comme ça était de la simple hypocrisie et ne me mènerait à rien. On doit parfois passer par l'Ombre, ne serait-ce que pour avoir une meilleure compréhension du monde et de soi, pour protéger ceux qui doivent l'être (faire peur pour protéger n'est ni totalement bon ni totalement mauvais en soi) mais aussi pour saisir la véritable profondeur du sens de l'Amour inconditionnel. Ma rage, mes peurs souvent irrationnelles et mon esprit critique sont des freins vers l'Amour mais ne sont en rien une malédiction (bon, à part les peurs qui ne sont au final que des illusions): je préfère utiliser cette part de moi qui m'irrite et me caractérise en partie de manière positive, constructive. Plutôt que de cracher, de déverser un flot de haine, je cherche à utiliser cette énergie en proposant des alternatives, en créant et en protégeant. Mais nul n'est parfait... et ce n'est pas toujours facile de travailler sur sa part d'Ombre.

 

Enormément de gens intéressés par l'ésotérisme et la Lumière sont dans le déni de cette part d'eux-même, de cette part de rage, de volonté et de haine, cette part d'attrait pour le "Mal" aussi. Chacun semble s'évertuer à fermer les yeux sur un pan de son être et croit ainsi devenir meilleur. Certes, on se sent dans l'Amour, on aime et on baigne dans les énergies du M mais on n'atteint jamais vraiment le O, l'Unité. On reste enfermé dans une illusion d'Amour inconditionnel, persuadé d'avoir tout compris... sauf qu'en fermant les yeux, on ne peut pas vraiment regarder et apprécier la Lumière me semble-t-il. Chacun a des compréhensions à avoir au cours d'une vie. Si atteindre l'Amour inconditionnel était aussi simple et ne nécessitait pas de vivre une part de soi désagréable, pourquoi vivre? Tout l'apprentissage serait déjà effectué! Mon homme avait utilisé une image pour décrire cela: c'est comme être sur un ballon, c'est agréable et on a l'impression de voler mais si on ne va pas détacher ce ballon (en l'occurence si on ne connait pas non plus d'involution), on ne pourra jamais s'élever plus. L'Amour inconditionnel implique l'Amour du Tout et de tout ce que cela inclue, cet amour ne connait pas de limite, ne connait pas de barrières et nécessite l'acceptation de l'autre: chacun a son chemin d'évolution, chacun est sur un plan qui lui est propre et la Vie est sacrée. Je ne prétends pas être dans l'Amour inconditionnel, comme je l'ai dit, je suis beaucoup trop critique, rageuse et certaines choses se heurtent à mes valeurs et m'empêche d'apprécier la grandeur des gens comme il se doit. J'ai failli connaitre cet amour, l'est frolé sans pour autant m'y plonger en totalité. Pourquoi? Par peur. J'ai la sensation que mon corps ne supporterait pas cet élan du coeur, cette explosion de lumière et de Lumière et que je n'y survivrais pas. C'est un tort, mais la peur rend souvent idiot. La peur, de manière générale, est avec le mental (ils sont très liés) l'épreuve de ma vie.

 

A propos de la peur, voila un texte inspirant et inspiré (Dieu, c'est avant tout le principe divin, pas forcément le Dieu des monothéistes)... Si après tout notre seule véritable peur était celle de notre Lumière intérieure?

"Notre peur la plus profonde n'est pas que nous ne soyons pas à la hauteur. Notre peur la plus profonde est que nous sommes puissants au delà de toutes limites, c'est notre propre lumière et non pas notre obscurité qui nous effraie le plus. Nous nous posons la question: "Qui suis-je, moi, pour être brillant, talentueux et merveilleux?". En fait, qui êtes vous pour ne pas l'être. Vous êtes un enfant de Dieu. Vous restreindre et vivre petit ne rend pas service au monde. L'illumination n'est pas de vous rétrécir pour éviter pour éviter d'insécuriser les autres, nous sommes nés pour rendre manifeste la gloire de Dieu qui est en nous, elle ne se trouve pas seulement chez quelques élus: elle est en chacun de nous, et au fur et à mesure que nous laissons briller notre propre lumière, nous donnons inconsciemment aux autres la permission de faire de même. En nous libérant de notre propre peur, notre présence libère automatiquement les autres."

Nelson Mandela, extrait de son discours d'investigation à la présidence de l'Afrique du sud en 1994.

Publié dans Esotérisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article